Contact

neimënster est fermé

neimënster neimënster
neimënster

L’Abbaye avant 1945

par Michel Pauly

L’abbaye de Neumünster – et tout un ancien quartier urbain

Remarques préliminaires

Bien que l’abbaye de Neumünster constitue un site historique majeur de la ville de Luxembourg, son histoire n’a fait l’objet que de très peu de recherches et on est loin de pouvoir en faire le récit complet. En ce sens ces quelques lignes ne constituent qu’une première esquisse de son évolution et se veulent une incitation à reprendre le dossier en vue d’une recherche plus poussée.

Le peuplement médiéval

Le quartier dans lequel se situe l’abbaye depuis le 17e siècle était un des sites de peuplement les plus précocement attestés sur le territoire de la future ville de Luxembourg. En effet, en 1083, lorsque le comte Conrad, le premier à s’appeler de Luxembourg, fonde un monastère sur le promontoire à l’est de son château fort, la future abbaye d’Altmünster, il lui transfère e. a. « l’eau du pont Saint-Ulric jusqu’au rocher du « Mor » avec tous ses droits d’usage et le droit de libre pêche en amont et en aval avec les moulins et les fours » (UQB I, n° 301). Il est fort probable que ces moulins du 11e siècle soient en partie ceux évoqués dès 926 dans un document décrivant le domaine de Weimerskirch appartenant à l’abbaye de Saint-Maximin de Trèves et énumérant e. a. 6 moulins le long des ruisseaux proches. Or, moudre du blé ne faisait de sens que s’il était consommé sur place. Le peuplement sur ce domaine, dont faisait partie également le rocher du Bock que le comte Sigefroi acquit vers 963, devait donc être assez substantiel.

C’est aux bords de l’Alzette que s’installèrent certainement les artisans venus aider Sigefroi et ses successeurs à construire leur château, l’église collégiale Saint-Sauveur (future église Saint-Michel) et autres bâtiments seigneuriaux. Ce sont ces artisans ainsi que la famille comtale et ses ministériaux qui ont dû s’adresser aux pêcheurs, meuniers et boulangers (à moins que les fours n’aient été ceux de forgerons) évoqués dans la charte de 1083. Ils étaient assez nombreux pour qu’une église soit construite à leur intention dès la fin du 10e siècle et dédiée dès l’époque de Sigefroi à Saint-Ulric, tout en dépendant de la paroisse Saint-Pierre-aux-Liens de Hollerich. Le quartier au bord de l’Alzette, qui allait prendre le nom de Grund, était donc dès ces débuts un quartier d’artisans, alors que les commerçants allaient s’installer dans le bourg castral sur le plateau à l’ouest du château, autour du marché qui se développa devant l’église Saint-Sauveur.

Cette fonction artisanale du quartier est confirmée par les archéologues qui ont eu l’occasion de fouiller le sol des cours intérieures de l’actuel CCR. En effet, les structures et le matériel découverts au beau milieu de la cour devant le bâtiment dit ‘Criminel’ par Johnny De Meulemeester, composés de cabanes en bois, dépotoirs, bas-fourneaux et fours remplis de scories, semblent dater des 12e-13e siècles. Pour le début du 14e siècle des témoignages écrits nous font connaître la présence de tisserands, teinturiers, foulons et autres métiers du textile ayant besoin de l’eau et séchant leurs draps sur le plateau du Rham (traduction littérale: cadre). Un puits, le Krudelsbur, alimentait le quartier en eau potable. Selon l’archéologue les cabanes en bois auraient été remplacées par des ateliers construits en pierre durant la 2e moitié du 14e ou au début du 15e siècle. Une forge aurait continué à fonctionner jusqu’au bombardement de 1684. Au 17e siècle des tanneurs s’étaient aussi établis sur la rive gauche de l’Alzette en face de l’église.

Les contributions de l’archéologie à la connaissance de ce quartier

Ces ateliers se dressaient le long de la route de Trèves qui, lors de la construction du soi-disant 3e mur d’enceinte, depuis le milieu du 14e siècle, a été clôturée d’une porte, la Krudelsporte, attestée une première fois en 1395 dans les comptes de la baumaîtrie et dont les vestiges, dans sa configuration de la 2e moitié du 16e siècle, restent visibles dans la salle Robert Krieps. Les fouilles archéologiques ont mis à jour les restes de la passerelle en bois qui enjambait devant la porte le fossé large de 10 m et qui s’envasait souvent. Un autre pont en bois, le pittit pont desous lou chastel de 1297 (UQB VI, n° 664), permettait par ailleurs de rejoindre la rive gauche de l’Alzette et la rue Plaettis avec ses étuves appréciées par les artisans à la fin d’une semaine de travail, ou le plateau de l’abbaye d’Altmünster.

L’installation d’un hôpital au début du 14e siècle

Le quartier allait connaître au début du 14e siècle une implantation importante. L’empereur Henri VII et son épouse Marguerite y firent construire une église et un hôpital dédiés à la Vierge Marie et à Saint-Jean. Sous l’impulsion du comte Jean l’Aveugle, c’est le dernier vocable qui allait s’imposer. En 1321, pour augmenter les ressources de cette institution charitable, l’archevêque Baudouin de Trèves, frère de l’empereur défunt, érigea l’église en paroisse comprenant les quelques rues des abords immédiats, séparée de la paroisse Saint-Michel qui avait pris la relève de l’église Saint-Sauveur. L’église Saint-Jean se situait vraisemblablement sur la petite place devant la façade de l’église actuelle. Son cimetière, situé à l’est de l’église, dans le cloître et sous les bâtiments de la future abbaye Neumünster, nécessaire depuis que l’église avait obtenu les droits paroissiaux, avait dû être élargi et vint même rétrécir la route de Trèves; il resta en usage jusqu’au 17e siècle.

Quelques 850 tombes y furent fouillées et ont fait conclure à un état sanitaire révélant une mortalité infantile élevée et de graves déficiences résultant de malnutrition et de conditions hygiéniques archaïques ainsi que l’absence de soins médicaux qui de nos jours auraient pu éviter certains décès prématurés. La population inhumée avait en conséquence une espérance de vie à la naissance de 37 ans et de respectivement 47 ans pour les hommes et 43 ans pour les femmes à l’âge de 20 ans.

Les prémices d’une urbanisation

Cinq maisons au plan identique, donc construite ensemble, dégagées par les archéologues dans l’actuelle cour d’entrée couverte du CCR, pourraient avoir fait partie de l’ancien hospice qui logeait aussi des prébendiers qui séjournaient à l’hospice jusqu’à la fin de leur vie contre légation de leur fortune. Il est vrai cependant que les dimensions de 3 m sur 7 m sont un peu trop importantes pour en faire des maisonnettes de l’hospice. Leur plan régulier dénote un souci de planification urbanistique tout à fait remarquable pour le 14e siècle. Seraient-ce des maisons allouées à des propriétaires expropriés lors de la construction du mur d’enceinte? Le tracé de la route de Trèves, large de 10 m au début et qui suit le coude léger de la rivière, l’orientation régulière des bâtiments sur cette route, leur largeur standardisée suggèrent à Johnny De Meulemeester l’idée que tout ce quartier autour de Saint-Jean a fait l’objet d’un urbanisme planifié qui contraste avec les ruelles tortueuses des villes médiévales qu’on connaît ailleurs.

Le quartier situé au niveau de l’Alzette subissait par ailleurs régulièrement des inondations dont les effets sont attestés aussi bien par les comptes urbains de 1449, 1452, 1457, 1461, 1491 qui signalent des ponts emportés par les crues de l’Alzette que par les rehaussements successifs de l’empierrement de la chaussée observés par les archéologues. Ces derniers avaient eux aussi à lutter contre la montée régulière de la nappe phréatique.

Début et évolution de la vie monastique

En 1083, on l’a dit, le comte Conrad de Luxembourg, avant de partir en Terre Sainte, avait commencé à construire à partir de rien une Maison de Dieu en l’honneur et pour la vénération du prince des apôtres sur cette colline où aucun de (ses) ancêtres n’a jusqu’ici adoré (Dieu), maison dans laquelle (il a) placé une petite communauté de moines militant sous la règle de saint Benoît (UQB I, n° 301). Elle fut construite sur la terrasse en aval du château comtal, là où se dresse jusqu’à nos jours une tour de l’enceinte de l’enclos abbatial. Michel Margue a confirmé, dans une étude minutieuse, une tradition ancienne selon laquelle cette communauté, imprégnée de l’esprit clunisien, était venue des abbayes de Saint-Airy et de Saint-Vanne près de Verdun, même si l’interprétation qui faisait de l’abbé Richard de Saint-Vanne un fils de Conrad est à considérer comme invention de l’époque moderne. Dédiée initialement à saint Pierre, comme celle de Saint-Vanne, l’abbaye, communément dite (Alt)münster, changea de vocable en 1123 lorsque le fils de Conrad, le comte Guillaume II, confirma et renforça la fondation de son père et la plaça sous le signe de Notre-Dame. En même temps le monastère fut placé sous la dépendance directe du Saint-Siège et donc affranchi du contrôle de Saint-Vanne et de toute ingérence laïque.

Cette fondation comtale constitua une véritable abbaye de lignage, un lieu destiné à la commémoration dans la prière du souvenir des comtes défunts de la maison de Luxembourg, et un centre religieux pour la principauté naissante. Le monastère servit donc comme premier lieu de sépulture des comtes de Luxembourg (jusqu’à l’avènement du comte Henri IV de Namur) et fut rétabli comme tel par Charles IV pour abriter le tombeau monumental du comte et roi Jean l’Aveugle tombé à la bataille de Crécy (1346). En 1123 Guillaume II obtint du Pape le détournement vers Altmünster des processions dites banales de 26 paroisses des alentours de Luxembourg qui jusque là devaient se diriger tous les ans, le troisième vendredi après Pâques, vers la cathédrale de Trèves. Leur rassemblement sur la terrasse d’Altmünster constituait une occasion unique pour faire le commerce entre paysans et artisans de la ville naissante, et Guillaume II accorda aux moines un privilège afférant, mais, mis à part un document émanant sans doute de l’abbé Bertels de la fin du 16e siècle, les sources ne mentionnent nulle part la tenue effective d’une telle foire.

L’abbaye, un pôle de l’enseignement

Plus tard l’école monacale obtint en outre le monopole d’enseignement dans la ville de Luxembourg et attirait des élèves venant même du comté de Bar pour apprendre le français et l’allemand. L’inhumation à l’abbaye de la dépouille d’un ermite du Grunewald, n’eut pas tout-à-fait l’effet escompté: le bienheureux Schetzel ne fut jamais béatifié, le monastère ne devint pas un lieu de pèlerinages.

De l’abbaye Altmunster vers l’abbaye de Neumunster : les avatars du 16e au 18e siècle

Date exacte et initiateurs de la destruction de l’abbaye d’Altmünster restent inconnus. Il est vraisemblable que les troupes du roi de France François Ier, qui avaient pris la ville de Luxembourg le 11 septembre 1543, la firent détruire pour éviter que l’ennemi impérial ne s’y loge lors d’un prochain siège. Auparavant ils avaient transféré la dépouille de Jean l’Aveugle à l’église des Franciscains dans la ville-haute où l’abbé Bertels la récupéra en 1592. Les moines vinrent s’installer dans la vallée du Grund, qui faisait partie de la seigneurie le long de l’Alzette que le comte Conrad leur avait donnée dès la fondation de 1083, dans l’hôpital Saint-Jean que leur assigna Charles-Quint qui en était le collateur et qu’ils transformèrent pour l’adapter à leurs besoins, alors que l’hôpital fut reconstruit un peu en amont le long de l’Alzette.

L’abbaye de Neumünster faillit avoir une vie très courte, puisqu’en 1560, à la mort de l’abbé Guillaume d’Orley le dernier moine qui s’y trouvait encore, quitta le monastère et, sur proposition du Conseil provincial, la gouvernante générale des Pays-Bas espagnols, Marguerite de Parme, voulut profiter de l’occasion pour transporter les revenus de l’abbaye à un nouvel évêché de Luxembourg qu’elle projetait de faire ériger. Jusque là le duché de Luxembourg continuait en effet à faire partie de six évêchés, dont notamment l’archevêché de Trèves, alors qu’à la prière de Charles-Quint le pape Paul IV avait érigé en 1559 dans le reste des Pays-Bas 14 nouveaux évêchés. Mais le projet luxembourgeois échoua, pour une raison qu’on ignore, Philippe II nommant un nouvel abbé, Pierre Coelen Lysius, qui avec deux jeunes gens vint de Louvain repeupler le monastère de Luxembourg. Une deuxième tentative dans ce sens fut faite en 1602 par l’archiduc Albert qui donna ordre de transférer les Bénédictins au couvent des Cordeliers dans le but d’y conférer la dignité épiscopale à l’abbé de Münster, mais il se heurta à l’opposition des deux couvents. Cet échange devenait bientôt impossible vu la construction d’un nouveau monastère au Grund par l’abbé Pierre Roberti à partir de 1604.

Deux abbés de première importance

Durant leur hébergement provisoire à l’hospice St-Jean les moines de Neumünster surent élire deux abbés de toute première importance: Jean Bertels (1576-95), le premier historiographe du Luxembourg, qui passa ensuite à la prestigieuse abbaye d’Echternach († 1607), et qui rédigea aussi deux inventaires illustrés de sa main des biens et revenus de l’abbaye de Neumünster, et Pierre Roberti (1602-36), le maître d’œuvre de la reconstruction du monastère.

Transformations importantes de l’hospice

Les modifications apportées à l’immeuble hospitalier dès l’arrivée des moines semblent importantes selon les constations de Johnny De Meulemeester. Un bâtiment perpendiculaire à l’église aurait enjambé la route de Trèves qui allait perdre sa fonction depuis qu’à la fin du 16e siècle le mur d’enceinte avait été bastionné et la porte supprimée, le trafic dévié vers 1590 par la porte qui enjambait l’actuelle rue de Trèves, à mi-hauteur du plateau du Rham, en contre-bas de la Dinselporte, citée depuis 1426. Sur la rive droite de l’Alzette une nouvelle contrescarpe est datée par une inscription de l’an 1604. Une nouvelle aile longue de 40 m aurait été édifiée le long de la route, comportant une ‘sallette abbatiale’. Dans cette pièce les archéologues ont trouvé, outre les restes d’une cheminée de style Renaissance, des débris de majoliques anversoises (1550-1610) démontrant la continuité des contacts commerciaux avec la ville portuaire. Accolé à l’église, le long de la rivière, se trouvait le dormitoire dont je pense qu’il a été aménagé dans l’ancien hôpital.

Les nouveaux bâtiments qui forment un carré en amont de l’église sont bien visibles et étiquetés sur un dessin d’Antoine Stevens annoté en juillet 1602 par l’abbé Pierre Roberti pour décrire aux autorités de Bruxelles leur état déplorable, à mettre sans doute en relation avec une tentative de l’abbé d’obtenir de meilleurs immeubles dans le contexte de l’érection d’un évêché dont il serait le premier titulaire. L’abbé s’y plaint des inconvénients du site pour une vie monacale, soulignant les bruits causés par les femmes rompant le lin et le chanvre sous les chambres des moines, les mauvaises odeurs causées par la tannerie située sur la rive opposée de l’Alzette, les pierres et les regards curieux qu’on peut jeter du haut de la ville sur le monastère dans la vallée. Mais ces plaintes n’aboutirent pas plus que le projet d’évêché.

Construction d’un nouveau monastère…

En 1606 l’abbé Pierre Roberti mit donc en chantier la construction d’un nouveau monastère sur un plan classique autour d’un cloître dans lequel furent inhumés les moines. Un nouveau cimetière paroissial fut installé derrière l’église entre l’Alzette et l’ancienne route de Trèves. En 1618 l’abbé obtint l’incorporation de l’église paroissiale et hospitalière St. Jean dans l’abbaye: l’abbé était dorénavant curé du quartier Grund. Le moine qui allait le représenter dans cette fonction curiale habitait un logement construit en avant du monastère. En 1618 encore, une sépulture en marbre, financée par l’archiduc Albert, fut dressé dans l’église pour recevoir les ossements de Jean l’Aveugle. La vie monacale connut une renaissance certaine sous l’impulsion de l’énergique Pierre Roberti qui fit venir de savants théologiens pour améliorer l’instruction des moines et des novices.

… sa destruction…

Toutes ces constructions furent la proie des bombardements de 1684 lors du siège de Luxembourg par les troupes de Louis XIV sous la régie du Maréchal de Créqui et de Vauban. Seule la tour de l’église actuelle qui abrite encore un arc gotique à l’intérieur, semble avoir survécu à ces destructions, quitte à avoir été rehaussée par la suite.

… et sa reconstruction

La reconstruction ne tarda pas et se fit selon les plan de l’ingénieur militaire liégeois Hubert Laloir, y compris pour l’église, ce qui, combiné au manque de moyens financiers de la part des moines, explique peut-être sa grande sobriété. Elle démarra dès 1688 comme l’atteste la dendrochronologie pratiquée sur les charpentes dont le bois fut ainsi daté des années 1687-88. Ces bâtiments, qui ont repris le plan du monastère de 1606, sont restés en place jusqu’à leur transformation récente en vue du nouveau CCR. C’est cette abbaye qu’on retrouve sur un tableau datant de l’abbatiat de Romain Edinger (1705-16), de qui proviennent aussi le buffet d’orgues et les deux tableaux montrant saint Benoît et saint Basile, fondateurs du monachisme occidental et oriental, qui se trouvent toujours à l’église. La chapelle latérale dédiée à saint Hubert abrite un retable acheté en 1783 lors de la vente du mobilier du prieuré dominicain de Marienthal et son autel sert de monument funéraire à l’abbé Edinger mentionné. Les restes de Jean l’Aveugle avaient été sauvés de l’incendie et furent ensevelis dans un troisième tombeau appelé « le saint sépulcre » qui se trouve aujourd’hui dans la crypte de la cathédrale. En 1720 les annexes agricoles de l’abbaye ont été rasées et remplacées par une aile au sud-est dont le bois de charpente date de 1719-24 et qui forme l’actuelle cour d’entrée couverte. Depuis l’ensemble forme un double bloc carré. En 1738, cinq nouveaux autels furent consacrés dans l’église Saint-Jean. Jusqu’en 1960 des bâtiment annexes s’avançaient vers la rue Münster; un portail en pierre surmonté d’une statue de la Vierge, placé exactement dans la perspective de la rue Münster, donnait entrée sur une première cour bordée de la demeure du moine-curé à gauche et du bâtiment qui sert aujourd’hui de local administratif au Musée national d’histoire naturel à droite quand on s’approche de l’entrée CCR.
Dans la première chapelle latérale de l’église Saint-Jean se trouve la fameuse statue de la Vierge Noire, une œuvre taillée dans du bois de noyer de la fin du 14e siècle et influencée par le style Parler de Cologne. L’origine de la noirceur du visage n’est pas définitivement expliquée. Les trois autels actuels proviennent de l’église des Franciscains qui se dressait jadis à la place Guillaume; ils furent sculptés vers 1660 et comptent parmi les premières réalisations de l’art baroque au Luxembourg. Ils remplacent un maître-autel considéré comme le plus beau du pays, mais déplacé en 1797 à l’église des jésuites, l’actuelle cathédrale, puis disparu sans laisser de traces.

De la prison française à la prison nazie

L’abbaye fut sécularisée comme toutes les autres au moment de l’introduction au Luxembourg de la législation du Directoire, c.-à-d. en 1796. Les moines quittèrent les lieux en décembre 1796, leur bibliothèque et les archives furent transportées aux archives centrales de l’administration départementale. Le ressort de l’église paroissiale fut étendu à toute la ville basse du Grund. Les ossements de Jean l’Aveugle furent sauvés par un boulanger du quartier qui les cacha dans une grotte derrière sa maison; sur son lit de mort il fit part de son secret au bourgmestre de la ville qui fit transférer les restes chez son beau-père Jean-Baptiste Boch, propriétaire de la faïencerie, dont le fils les emmena à Mettlach où Frédéric-Guillaume IV de Prusse fit construire une chapelle néogothique surplombant la Sarre par Charles Frédéric Schinkel.

Hôpital militaire…

En 1798 l’administration française installa dans l’ancien couvent une prison et une caserne de gendarmerie avec une maison d’arrêt. En 1805 l’immeuble fut donné au bureau de bienfaisance de la municipalité qui y installa un orphelinat, quand l’explosion des poudres stockées au Verlorenkost détruisit, le 26 juin 1807, son ancien bâtiment au Grund. Quand une nouvelle prison fut construite rue Saint-Ulric, en 1809, l’ancienne abbaye retrouva une fonction qui avait été celle de ces lieux avant l’arrivée des Bénédictins au 16e siècle: après 1815 les bâtiments servirent d’hôpital militaire aux troupes de la Confédération germanique stationnées dans la forteresse de Luxembourg. C’est dans ce cadre que fut construit le bâtiment dit ‘Criminel’ qui longe la rue de Trèves.

… et de nouveau prison

En 1867, après le départ de la garnison prussienne, l’abbaye fut de nouveau transformée en prison. Depuis 1830 en effet, Luxembourg manquait de place pour ses prisonniers, car les bagnards qui de 1815 à 1830 avaient été emprisonnés à Vilvoorde et à Anvers, furent ramené au Luxembourg après la révolution belge. De 1869 à 1985 la prison pour hommes se trouvait donc dans ces locaux. Pour occuper utilement les prisonniers, on fit construire le Tutesall, l’actuelle salle Robert Krieps, où ils devaient confectionner des sachets en papier, des sièges en osier, des reliures de livres etc.

1940-1944 : la prison nazie

C’est dans ces lieux qu’étaient détenus également les prisonniers politiques arrêtés par la Gestapo entre 1940 et 1944, avant d’être transférés par manque de place vers la prison de Trèves et le camp de concentration de Hinzert ou ailleurs. Pour certains un geste d’adieu ou un regard jeté vers la corniche de la vielle ville constituait le dernier contact avec les parents ou amis qui observaient d’en-haut le va-et-vient dans la cour de la prison, avant qu’ils ne soient évacués vers leur lieu d’exécution. Quelque quatre mille hommes et femmes sont passés par là durant la Deuxième Guerre mondiale, résistants luxembourgeois aussi bien que anti-fascistes italiens et autres opposants politiques à la dictature nazie.

Lacunes

L’histoire de la seigneurie de Münster, c.-à-d. de ses possessions et revenus, dans la ville, notamment au Grund, et en dehors, ainsi que des conflits auxquels elle donna lieu, p. ex. autour du droit de pêche dans l’Alzette que lui contestait la ville de Luxembourg au 16e siècle, reste entièrement à écrire. Ses archives sont conservées au fonds A.XXXVI des Archives nationales, de sorte que seul l’intérêt d’un futur historien manque encore pour les exploiter.

Le transfert des moines vers le Grund et les transformations architecturales que subit alors l’hospice Saint-Jean sont loin d’être définitivement éclairés. Le bâtiment adossé au chœur de l’église et abritant aujourd’hui le Service des Sites et Monuments nationaux n’a fait l’objet d’aucune recherche et on n’en connaît ni la date de construction ni la fonction originelle. On attend toujours un rapport tant soit peu définitif des fouilles archéologiques qui ont été réalisées dans l’enceinte de l’ancienne abbaye en vue de l’installation du Centre culturel de rencontre Neumünster; tous les textes publiés jusqu’à ce jour par l’archéologue chargé des travaux sont dits provisoires, mais le commanditaire ne semble pas avoir prévu la publication d’un rapport dans son cahier de charges.

Reste également à écrire l’histoire des bâtiments pour la période où ils servaient de prison, car mis à part un résumé succinct de N. A. Ensch (ancien directeur de la prison) datant de 1934 aucun travail d’historien n’a jamais été consacré à cette époque. Tout n’a pas non plus été dit sur l’époque nazie. En se basant sur le livre des écrous, qui n’est pas complet pour l’époque, le Livre d’Or de la Résistance luxembourgeoise, publié en 1952, tout comme le Livre d’Or des prisons, édité en 1996, citent les noms de quelque quatre mille hommes et femmes qui y ont été emprisonnés par la Gestapo et autres services de la police politique allemande, mais omettent à dessein les noms des prisonniers non-luxembourgeois, p. ex. des antifascistes italiens, qui avaient également été écroués au Grund par les nazis.