Ce que la pandémie révèle de l'état de l'UE

Entretien avec Luuk van Middelaar et Caroline Mart

FR: Pas de solidarité, des barrières fermées au lieu de frontières ouvertes. Lorsque la pandémie de Coronavirus a atteint l'Europe, les observateurs n'ont pas tardé à s'accorder : Bruxelles avait échoué, face au danger, l'UE s'était ` écroulée en poussière de rouille ` (Der Spiegel).

Certes, la rhétorique du malheur imminent accompagne l'Union depuis au moins une décennie, mais elle s'est toujours avérée très exagérée. L'impression de crise permanente, selon Luuk van Middelaar, doit beaucoup à la métamorphose d'une politique fondée sur les règles en une politique fondée sur les événements : au lieu d'une technocratie tranquille, on fait appel à des compétences d'improvisation. Alors que la Covid-19 menace le corps de tous les citoyens, l'Europe devient une affaire publique. Et l'UE se rend compte qu'elle doit se positionner avec confiance entre la Chine et les États-Unis.

Ce qui doit être défendu dans la lutte géopolitique titanesque des prochaines décennies, c'est la communauté des Européens, leur `res publica`. Et pour cela, l'Union européenne devra entrer sur la scène mondiale avec confiance et sans masque.

Luuk van Middelaar, né à Eindhoven en 1973, est historien et philosophe politique. Il enseigne le droit européen à l'université de Leyde et écrit en tant que chroniqueur pour le quotidien NRC Handelsblad. Pour « From Continent to Union. Présent et histoire d'une Europe unie », il a reçu le prix du livre européen en 2012.

Caroline Mart est une journaliste luxembourgeoise et rédactrice en chef adjointe chez RTL Télé Lëtzebuerg.

Organisation : Institut Pierre Werner / Soutien : neimënster