Femmes dans la Résistance - Les grandes oubliées de l'Histoire

Geneviève de Gaulle Anthonioz et Germaine Tillion

A l'occasion du 70e anniversaire de la libération des camps, le Printemps des Poètes-Luxembourg et le Centre de Documentation et de Recherche sur l'Enrôlement Forcé proposent ont le plaisir d'inviter à une conférence de Jane Debenest, ancien Ambassadeur de France, Vice-Présidente de l'Union Nationale des Associations de Déportés, Internés et Familles. Organisée en collaboration avec neimënster, cette conférence intitulée Femmes dans la Résistance, Les grandes oubliées de l'Histoire - Geneviève de Gaulle Anthonioz et Germaine Tillion sera suivie d'une lecture de poèmes sur la Résistance et la déportation. Jane Debenest, petite-fille du côté maternel de l'écrivain Ernest Perochon (prix Goncourt 1920), est la fille de Delphin Debenest, magistrat du parquet, substitut du Procureur de la République à Niort. Agent de renseignement dans la résistance franco-belge, il sera arrêté par la gestapo et déporté à Buchenwald puis à Holzen. Situation incroyable, il siègera en qualité de procureur adjoint au procès de Nuremberg! Ce parcours hors norme d'un homme d'une parfaite cohérence intellectuelle et morale ne pouvait que profondément marquer sa fille. Jane Debenest qui s'occupe des archives de son père a réuni et transcrit ses écrits pour la publication «1939-1945 Delphin Debenest : un magistrat en guerre contre le nazisme» de Dominique Tantin. Après avoir quitté le Ministère des Affaires Etrangères (Luxembourg sera son dernier poste d'Ambassadeur), elle a en effet repris le flambeau pour témoigner, auprès des jeunes notamment, de l'histoire familiale mais aussi de celle des femmes engagées dans la Résistance, grandes oubliées de l'Histoire, poursuivant ainsi la lutte contre l'oubli et la falsification de l'Histoire.

Ils sont nombreux les poètes entrés dans la Résistance dont l'oeuvre «met en mots le combat obstiné contre la mort et l'oubli», Louis Aragon, Paul Eluard, René Char. Ils sont nombreux les poètes déportés dans les camps - certains n'en reviendront pas - à avoir témoigné, à travers des textes parfois écrits au coeur de l'univers concentrationnaire, de «la souffrance sans limite», de «l'horreur sans frontière», le Français Robert Desnos, l'Allemande Marianne Cohn, le Polonais Serge Smulevic, le Slovène Boris Pahor ou la peintre luxembourgeoise Lily Unden.

Organisation: Printemps des Poètes-Luxembourg, Centre de Documentation et de Recherche sur l'Enrôlement Forcé. Soutien: neimësnter