Nos coups de coeur

 

Memoria de les oblidades

À la mort du dictateur Franco, le pays redouble d'efforts pour transiter pacifiquement vers la démocratie et ne tient pas compte de la souffrance des proches des individus oubliés dans des fosses communes. Des personnes ont investi leur temps et leur argent pour retrouver les corps des membres de leur famille dans le but de leur trouver une sépulture et de leur rendre leur dignité. Sans succès.

Récemment, plusieurs organisations ont entendu ces demandes, n'hésitant pas à soulever le voile sur un chapitre funeste de notre histoire. Cacher, oublier ou déformer le passé ne constitue pas un bon terrain sur lequel bâtir les fondations du futur. 

`Memòria de les oblidades` est une ouvre basée sur la documentation fournie par les historiens du `Fòrum de Tarragona per la Memòria`, tente de retracer la vie de quatre femmes enfermées dans la prison `Les Oblates` et de se souvenir de la seule femme fusillée qui est restée dans la fosse commune de la ville.

Une fois la guerre civile espagnole terminée, le régime de Franco a entamé la répression des opposants. Des milliers de personnes partiront en exil tandis que d'autres souffriront des contrôles, des humiliations, des procès sans garantie, des déportations, des emprisonnements et de la mort.

Maria, Annita, Dolores et Teodora seront jugées, condamnées à la prison et, suivant la politique de dispersion des prisonniers, transférées au couvent des oblates, à Tarragone, converti pour l'occasion en prison. Seules, éloignées de leurs familles et enfermées dans des conditions de détention difficiles, elles seront enterrées dans la fosse commune du cimetière de Tarragone.

Organisation: Centre Catalan de Luxembourg
Avec le soutien de: neimënster , Fòrum de Tarragona per la Memòria, Assemblea.cat Tarragona i Òmnium Tarragona, AREL & ABI-L

Texte original et dramaturgie: Tecla Martorell Direction artistique: Joan Pascual Actrice: Rosa Andreu Musique: Ferran Barrios Direction technique: Àlex Manríquez Production: Casino Prado Photographie: Andrés Noguero