Le pouvoir des mots

Ou la guerre de l'information dans le cas du conflit israélo-palestinien

Le conflit israélo-palestinien ne sévit pas que sur le terrain en Palestine et en Israël. Il est très présent dans les médias occidentaux. Et les médias exercent sur le public et sur le conflit un pouvoir qu'ils sous-estiment souvent. En informant le public, ils contribuent largement à former l'opinion publique, ils ont un impact direct sur l'image du conflit et de ses protagonistes et un impact indirect sur le devenir de ce conflit qui dure depuis bientôt 70 ans. Mais, en tant que public, nous ignorons nous aussi trop souvent l'importance et la nature de cet impact sur nous-mêmes: notre perception est formatée, notre opinion formée/déformée par les représentations et explications que nous proposent les médias. Le choix des mots est en cause. Ce qui est dit n'est pas innocent. Ni ce qui n'est pas dit. Cela relève toujours d'un choix, conscient ou non. La conférence-débat proposée cherche à éclaircir certaines questions liées au pouvoir des mots, à la représentation et la perception concernant ce conflit. Objectivité et subjectivité seront mises en question, des relations de pouvoir seront mises à nu. Par ailleurs, étant donné qu'il s'agit là de questions universelles qui s'appliquent à d'autres cas, toutes les questions et interpellations seront les bienvenues. La conférence-débat sera modérée par Michel Decker, Vice-Président du CPJPO, et réunira 3 spécialistes autour de la table : Jean Portante, écrivain, journaliste, poète : approche poétique, concept de la sensure (notion inventée par le poète et romancier Bernard Noël). Denis Scuto, historien et professeur d'histoire contemporaine : approche historique, histoire des migrations. Denis Sieffert, journaliste, directeur de la rédaction de l'hebdomadaire français Politis : analyse du discours politique et médiatique sur le conflit israélo-palestinien.

Organisation : Comité pour une Paix Juste au Proche-Orient (CPJPO) / Collaboration : neimënster