Penser entre les langues

Rencontre avec Heinz Wismann

Depuis plus de trente ans, le philologue et philosophe allemand Heinz Wismann a joué un rôle décisif dans la vie culturelle et intellectuelle française : professeur à la Sorbonne depuis 1962 ainsi qu'à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, il s'est consacré à de nombreuses études sur la philosophie grecque ancienne (les Présocratiques, comme Parménide et Héraclite, mais aussi Epicure, Démocrite, Platon) et sur l'histoire de la pensée allemande (Kant, Cassirer, Benjamin).

Au cour de ses études de « passeur » entre l'Allemagne et la France se développe une analyse des mécanismes par lesquels un mouvement intellectuel prend forme, innove, puis se sédimente pour devenir une tradition savante. Au centre de cette analyse : l'étude du rapports entre les langues où s'articulent philosophie et philologie.

L'intérêt de son parcours intellectuel est indissociable de sa fréquentation de tous les milieux français (culturels, savants, politiques), dont il fait le portrait, et européens (Bulgarie, Allemagne etc.), où il est extrêmement connu.

D'Homère à Nietzsche, de Platon à Kant, de la philologie à la musique, de la langue au texte, c'est ce tissage de la pensée qu'Heinz Wismann évoque avec un savoir et un talent exceptionnels dans son livre Penser entre les langues (Albin Michel, 2012), pour lequel il vient d'obtenir le Prix européen de l'essai Charles-Veillon 2013. Plus

Ce livre raconte également l'histoire de Wismann : un enfant allemand nourri aux mythes grecs, fuyant Berlin à la fin de la seconde guerre mondiale et qui devient un intellectuel européen dont le parcours scientifique s'ancre depuis les années 1960 à Paris.

Il s'entretiendra avec Dominique Bourel, historien, directeur de recherche au CNRS et auteur de la biographie Moses Mendelssohn : la naissance du judaïsme moderne (Gallimard, 2004).

Organisé par l'Institut Pierre Werner avec le soutien du Centre Culturel de Rencontre Abbaye de Neumünster