Culture Publié le 3.05.2024

Quand le sport devient musique

Dans le rythme des basketteuses de Bamako

Dans le cadre des préparatifs des Jeux Olympiques 2024, les trois partenaires de longue date neimënster, l’Institut Français et l’Association Victor Hugo s’associent pour présenter le spectacle Les basketteuses de Bamako dans le cadre du Big Bang Festival. Dédié aux familles, le Festival se tiendra le dimanche 12 mai, de 11h à 18h, et proposera 3 représentations des Baketteuses de Bamako à 13h45, 15h15 et 17h.

Après la création « Maputo-Mozambique » réalisée en 2013, le metteur en scène Thomas Guérineau désirait retourner vers l’Afrique, éprouver son geste, sa musicalité ; y retrouver le contact direct des artistes avec leur corps, la danse, le chant et la musique.

Son nouveau spectacle repose cette fois sur la rencontre de la pratique du basket au Mali, des savoir-faire traditionnels maliens de danses, de chants et de rythmes, avec la pratique contemporaine du jonglage-musical. Les ballons deviennent instruments de musique et de jongle, au rythme desquels se mêlent percussions vocales et chants traditionnels. Thomas Guérineau, spécialiste du jonglage musical, crée avec 6 musiciennes, chanteuses et basketteuses maliennes, un spectacle ludique et bondissant.

La première apparition du basket-ball aux Jeux olympiques date de 1904 aux Jeux de Saint-Louis. Fort logiquement, c’est aux États-Unis que ce sport fut présenté au public olympique, même s’il ne s’agissait alors que d’une épreuve en démonstration, opposant trois équipes de New York.

Il fallut attendre 1936 et les Jeux de Berlin pour que le basket-ball devienne une épreuve officielle, voyant le couronnement des États-Unis. Jusqu’en 1976, la compétition est réservée aux hommes, et ce n’est qu’aux Jeux de Montréal qu’apparaît la compétition féminine. La variante 3×3 devient discipline olympique à Tokyo en 2020 aussi bien pour les hommes que pour les femmes.

Le basket des basketteuses de Bamako n’est peut-être pas celui des Jeux Olympiques, mais il donne à la beauté du jeu des rythmes et de la musique en le mêlant à des chants traditionnels maliens, des improvisations vocales, prolongeant par le corps le mouvement du ballon transformé en percussion.

Distribution

Aparté

Achetez vos billets pour le festival ici et assistez à ce spectacle ainsi qu’à de nombreux autres :

    D'autres actualités