David Foenkinos

Lecture de « Charlotte » et entretien

dresse dans son roman Charlotte le portrait d'une artiste peintre juive prise dans une tragédie collective. L'écrivain français retrace la vie de Charlotte Salomon, morte en déportation en 1943.

L'histoire familiale de Charlotte est marquée par une longue série de décès. Confinée progressivement par le nazisme en dehors des sphères de la société allemande, elle vivra une passion amoureuse fondatrice avant de se réfugier en France. Elle entreprendra dans l'urgence la composition d'une ouvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante, un cheminement fulgurant de plusieurs centaines de gouaches.

Couronné par le Prix Renaudot 2014, Charlotte est un long poème narratif. Un point final tombe au bout de chaque phrase, suivi d'un retour à la ligne. Une écriture nécessaire à David Foenkinos qui hanté par la jeune artiste, se donne le temps de reprendre son souffle. Le recours aux vers libres accentue indéniablement la tension dramatique du récit. Le roman se lit au rythme d'une respiration contenue et s'adresse à nous pareil à une histoire transmise oralement.

En présence de l'auteur, la comédienne Laure Roldàn proposera une lecture des extraits du roman, accompagnée par les projections des gouaches de Charlotte Salomon.

Tageblatt (06.11.2014)

« Sur la route de Charlotte Salomon, il y eut des femmes, des hommes qui crurent en elle. À leur suite, il y a David Foenkinos, qui lui rend un très bel hommage. »


Le Figaro

« Un exercice de funambule. Une merveille. »


France 2

« Charlotte retrace la vie de la jeune fille renfermée, de la surdouée, de l'amoureuse, de l'artiste hantée.
L'auteur de La délicatesse offre un récit subtil et renversant. »


Lire

« David Foenkinos rôde autour de Charlotte Salomon comme si celle-ci avait été sa soeur, sa mère, son amour. Comme si elle était, aujourd'hui encore, le point fixe de son imaginaire, de sa vie. »


Le Point

« La forme même du récit, très maîtrisée, endigue l'émotion de l'auteur et pulse comme un cour qui bat. Une belle audace du romancier de La délicatesse. »

La Vie

Organisé par l'Institut Pierre Werner avec le soutien de neimënster

Crédit photographique: Max Rousseau