Je suis un prophète, c'est mon fils qui l'a dit

De et par Abel Aboualiten
Dans le cadre de la Semaine Culturelle Marocaine

De ce cri audacieux contre le déterminisme et les tabous de la religion, vous garderez sans doute deux mots qui reviennent sous la plume de tous les critiques : talent et courage.

Entraîné par sa formation d'acrobate, son talent d'écrivain et son combat contre le déterminisme, Abel Aboualiten nous offre ici une pièce drôle et déroutante, portée par une brillante interprétation où rire et souffrance se partagent le fer des traditions.

« Il y a des traditions, des religions, qui vous marquent dans votre propre chair et qui saignent votre enfance. Ce fardeau que l'héritage de vos ancêtres, de vos parents, vous impose, vous habite comme s'il était dans vos gènes. Vous en débarrasser demande un effort incommensurable. Non seulement vous devez vous débarrasser de cette enveloppe invisible contaminée par tant de «certitudes et de vérités» qui vous semblent fausses et étrangères ; mais aussi lutter pour vous extirper de l'instinct grégaire. Agir ainsi, est l'injure ultime, la pire trahison à la communauté à laquelle vous êtes condamnés à appartenir. Cette communauté qui s'arroge le droit de fabriquer votre identité. » Abel Aboualiten

Organisé par le CCRN, en collaboration avec les réseaux marocain, belge et luxembourgeois de la Fondation Anna Lindh.

Conseiller artistique : M. Najib Ghallale, Directeur de l'Espace Magh, Bruxelles